Retour sur le superbe Festival des Métiers d'Art en Cévennes 2011...


Au 3ème Festival des Métiers d’Art en Cévennes, 78 artistes venus de France et d’Europe ont accueilli près de 8000 visiteurs... Une collection de moments magiques et de souvenirs sont maintenant ancrés dans toutes ces petites têtes !


Les artistes du Festival, qu’ils façonnent le bois, le textile, la pierre, la terre ou les mots, ont à peine eu le temps d’installer leurs échoppes que déjà les premiers visiteurs prenaient d’assaut Pont-de-Montvert, l’ouverture officielle étant pourtant programmée à 14h30 ! En quête d’authenticité et de qualité, ces festivaliers venus de Lozère, des Bouches-du-Rhône, du Gard tout proche, de Hollande ou encore d’Angleterre ont vécu sur ce long week-end du 14 Juillet une escapade singulière en Cévennes… à bien des titres. Des animations originales oscillaient entre magie des sons et plaisir des yeux...
Une singulière poupée de chiffons, confectionnée par quelques couturières féeriques, animée par les rencontres et les sons, enchanta les visiteurs dans des performances dansées s’égrenant dans les différents pôles du village. Mariant le classique au modern jazz, Céline, poupée d’un jour, a joué avec le public dans une complicité drôle, touchante, tendre et rassurante.
Au détour d’une ruelle, les festivaliers ont pu aussi rencontrer les Playmobiles, musiciens Géo-Trouvetou transformant des sons du quotidien en véritables symphonies. Ou encore Fabrice Bony et ses litophones, percussions de grès, calcaires et autres schistes aux sonorités organiques, aux vibrations élémentaires, n’hésitant pas à emmener avec lui petits et grands dans des improvisations en «Lauze bémol majeur». L’environnement sonore fut également sublimé par les installations acoustiques de Jean Poinsignon, égrenant entre les pierres ces «boîtes acoustiques», dans une création musicale par biodiversité sonore renversante.
A Pont-De-Montvert, même l’heure de la pause était une expression artistique, puisque de confortables fauteuils disséminés dans tout le village attendaient les festivaliers pour s’évader, casque sur les oreilles, à l’écoute des textes suaves et ciselés de la Compagnie théâtrale «Hiver Nu», tombée récemment amoureuse de la région.
Près de l’église, à quelques encablures d’une yourte dressée spécialement pour l’occasion, les jeux d’Ophélie, essentiellement fabriqués avec des matériaux de récupération, furent un passage obligé pour bien des festivaliers venus relever le défi d’un tournoi de palet ou d’un puzzle original et éducatif.

Et maintenant, si nous parlions d’argent ?
Nouveauté pour 2011 : deux ventes aux enchères ont été organisées au profit de l’AMAC, mettant à prix des œuvres uniques réalisées par les créateurs, en lien avec la feuille d’argent, en l’honneur de Roland Daraspe, orfèvre Maître d’art. Outre le parrainage de ce 3e festival, Roland Daraspe exposait dans l’enceinte du Temple des pièces exceptionnelles (coupes, couverts, rafraîchissoirs à caviar sertis de verrerie fine…). Le créateur bordelais a également animé la conférence «Être artisan d’art aujourd’hui», au cours de laquelle il a raconté son parcours professionnel, son travail et sa technique, images à l’appui, auprès d’une assistance attentive, admirative et conquise par l’œuvre du Maître.

Pont-De-Montvert est finalement une « île aux trésors »...vivants !
A l’instar de Robert Louis Stevenson, c’est par les routes étroites et sinueuses des Cévennes que les amoureux de l’art se sont retrouvés en ce long week-end du 14 juillet, à la confluence du Tarn et du Rieumalet. Près de 80 créateurs ont pu exposer, partager, transmettre mais aussi vendre quelques morceaux choisis de leur vaste talent à de nombreux visiteurs réceptifs à la puissance, la finesse et la beauté unique de ces pièces d’exception.
Outre un achat éventuel d’œuvres d’art, ou simplement une lascive échappée belle dans les rues pittoresques de Pont-De-Montvert, les «ateliers créatifs» ont connu un grand succès auprès du public, qui a pu s’initier aux métiers d’Art dans toute leur pluralité, réjouissant les créateurs ayant justement l’opportunité de transmettre un peu de ces savoir-faire ancestraux. Pour nombre d’entre eux, il s’agissait là de leur premier festival. Les rencontres et l’enthousiasme des visiteurs en ont marqué plus d’un.
Pour Tchie Goto Fabre, calligraphe : «la calligraphie japonaise, bien au-delà d’être un art, est une philosophie, faite de patience et de maîtrise de soi. Il faut avoir le temps pour calligraphier, et j’ai été ébahie par l’application et la grande qualité d’écoute des visiteurs venus sur mon atelier, notamment les enfants. Une expérience très enrichissante que je reproduirai sans l’ombre d’une hésitation».
Quant à Bob Brightman, sculpteur de noix de coco, il rappelle que : «la noix est un matériau difficile à façonner, de part sa dureté et la poussière que son travail engendre. Masque, lunettes, casque anti-bruit, c’est harnaché comme des cosmonautes que mes «apprentis» ont confectionné leur photophore, de la préparation de la noix fraîche à la réalisation du pied en passant par le fraisage. Mon atelier a suscité de grands éclats de rire, des photographies mémorables et une expérience originale, pour moi comme pour eux ».
Matteo Bonnafede, Président d’Art In Fiera (association italienne jumelée avec l’AMAC) et bijoutier, a souligné : «l’importance de ce type d’évènement pour promouvoir ces talents, héritages souvent millénaires se devant d’être transmis et reconnus à leur juste valeur. Tels des « trésors vivants », en écho à la désignation employée pour les créateurs et artisans d’Art japonais ».
Eva Roelofsen, Présidente de l’AMAC et créatrice textile, de conclure, au nom de tous les adhérents de l’AMAC que : «cette fête des Métiers d’Art de Pont-de-Montvert constitue en elle-même une expression artistique collective, faite d’échanges et de savoir-faire. Il est essentiel, pour les créateurs, des Cévennes ou d’ailleurs, de se réunir, de mutualiser leurs énergies, de créer des temps aussi forts pour s’épauler. Mais, aussi, bien sûr, pour présenter leur production et pouvoir en vivre».

Le 3e Festival des Métiers d’Art en Cévennes a fermé ses portes dimanche soir. Et chaque acteur de cet évènement avait la même sensation : celle d’avoir contribué à la réalisation d’une création collective magique, faite de joie, de partage et d’échanges. A l’heure des adieux, les derniers cartons chargés, parfois épaulés par quelques visiteurs déjà nostalgiques, tous se sont fait la promesse de revenir, et tracer ensemble l’ébauche, l’esquisse, puis la toile, d’une édition 2012 prometteuse.


 [2011-08-04] Source : Festival des Métiers d’Art en Cévennes  Léonore]

 

Les 10 derniers articles du Guide des Festivals
 646 autres articles trouvés

 

CROSSROADS FESTIVAL : Bilan de la 4ème édition !

Le Crossroads Festival a de nouveau convié à Roubaix professionnels du secteur des musiques actuelles et grand public à trois jours d'exploration musicale de la scène régionale, française et de pays invités.



 

Festival Woodstower : 34 000 festivaliers pour cette 21e édition de folie !

 Clap de fin sur la 21ème édition du Festival Woodstower. Une édition intense en émotions, aussi riches que touchantes.



 






 






 

Jardin Sonore : Pari Gagné Pour La Seconde Édition Du Festival !

La 2ème édition du festival Jardin Sonore s’est achevée dimanche dernier.

Organisé en partenariat avec la Ville de Vitrolles et orchestré d’une main de maître par l’équipe de Village 42, le festival a rassemblé près de 14 000 spectateurs sur trois soirées.

Un résultat plus qu’exaltant pour ce bel événement qui a - cette année encore - réuni un public multi-générationnel autour d’un exaltant assemblage de propositions artistiques





 




 

Couleur Café 2019: Une trentième édition glorieuse et complètement sold-out

30 ans et toujours en excellente forme


 

Wazemmes l’Accordéon 2019: L’heure du bilan

Une 21ème belle année pour le Festival Wazemmes l’Accordéon.
L’édition spatiale du festival a fait danser 30 000 personnes durant ces 4 semaines de festivités !





 

La Magnifique : Bilan de l'édition 2019

LA MAGNIFIQUE A LES BASES !

La Magnifique Society se termine et confirme une fois encore ses ambitions. Parenthèse enchantée lancée depuis 2017 par la Cartonnerie, le festival se referme sur une très belle édition qui laisse entrevoir son avenir sous les meilleurs hospices.
 
Pour sa 3ème édition, le festival a confirmé sa place de jeune festival ambitieux, accueillant un total de 20 000 personnes sur 3 jours, avec une affluence record lors de sa journée du samedi. 



 

UNE 21ème ÉDITION SUR LES CHAPEAUX DE ROUES

La 21° édition du festival vient de refermer ses portes sur une édition de feu et de flammes qui a réuni 30 000 festivaliers au Parc Chanot et sur la Plage du Petit Roucas.





 

Liens recommandés Annonces : produits services pour la communication de vos événements

Restez informé